Le pote Said Matougui

1 4 1, 2, 3, 4  

      

Le pote Said Matougui

   Palomba 2013-03-01, 21:02

La peinture est une posie muette et la posie est une peinture parlante de Marie-Philippe Commetti

Partons de ce proverbe, on peut dire que le pote est un artiste
Aprs Lakhdar Demmen Debbih et Salah Gheribi dit Ould Chamkha. Aujourdhui, je vais vous parler dun autre pote Mlili, Mr Tahar Matougui dit Said, inspecteur de langue franaise en retraite. Ds son jeune ge, il fut attir par lcriture des pomes tel point que ses camarades de classe le surnommrent le pote . Son recueil compte une trentaine de textes potiques.
Pour cette premire publication, je vais vous prsenter le vritable premier pome quil a compos juste aprs la mort de notre talentueux footballeur Mlili Brahim Gheribi (Rahimahou Allah), mort la
fleur de lge, suite un accident de la circulation, le 23 novembre 1971

Adieu Brahim

Adieu Brahim, la vie est phmre !
Ta jeunesse n'a dur qu'un clin d'il.
Tu as quitt ton pre et ta mre,
Tu as laiss Ain Mlila en deuil.

Brahim, que la paix soit sur ton me,
Tu nous quittes la fleur de l'ge.
Tu as quitt tes compagnons et l'ASAM.
Tu as quitt jamais ton village.

De ce garon souriant que tu tais,
Il ne reste plus qu'une profonde douleur.
Repose en paix Ô Brahim regrett !
Car tu vivras ternellement dans nos curs.


_________________

Palomba
Pro
Pro

: 1279
: 52
: Ain M'lila
: 20
: 4622
: 24/07/2008

http://ainmlila.webs.com

    

: Le pote Said Matougui

   Palomba 2013-03-12, 21:36

Aujourd'hui, je vous poste quatre pomes (M'lila, Devoir, Feuilles mortes, et Le mauvais temps) de
notre pote Mr Said

Mlila

Mlila,source de nos rves,
Tu hantes toujours nos souvenirs.
Tu es pour nous comme la sve
Qui aide l'arbre refleurir.

Par dessus nos terrasses,
Par dessus nos toits,
On voit le Guerrioun et le Fortas
Qui veillent toujours sur toi.
Imposant et charg d'histoire,
Nif Nsser repose sur son aire,
Couvant les plus belles pages de gloire
De tes hommes au nif lgendaire.

Pays de braves, pays de sacrifices,
Tu as donn la rvolution
Beaucoup de tes meilleurs fils,
Morts en martyrs pour la nation.

Que l'on vive ici ou l,
Que l'on soit n'importe o ailleurs,
On garde toujours pour toi O Mlila !
Une grande place dans nos curs.

Car nous sommes ptris de ton argile
Et nos destins sont toujours lis.
C'est pourquoi notre chre ville,
On ne peut jamais l'oublier.


*****************************************************************


Devoir

Il sen va chaque matin,
A grands pas, toujours press,
Empruntant le mme chemin
Que le destin lui a trac.

Il marche vite, pressant le pas.
Et pourtant la journe sera rude.
Mais cela ne leffraie pas,
Il le sait, il en a lhabitude.

Le coq na pas encore chant,
Le muezzin na pas lanc son appel.
Il est dj prsent sur le chantier
O lattendent la pioche et la pelle.

Le soir, quand il rentre, harass,
Il sait bien quaucun trophe
Ne viendra un jour rcompenser
Tout le travail quil a fait.

Pour tous les travailleurs comme lui,
La seule rcompense pour ce quils font
Cest de voir la joie qui luit
Dans les yeux de leurs enfants.

Il serait alors plus juste de voir
Chaque personne ou chaque tre
Faire convenablement son devoir
Pour contribuer son propre bien-tre.


**************************************************************


Feuilles mortes

Ecoute la complainte monotone
Que chantent en chutant
Les feuilles mortes de l'automne
Qui pleurent le printemps.

L'oiseau regarde tristement
Son nid, soudain dcouvert
Qu'il avait bti patiemment
Au milieu d'un feuillage bien vert.

Tous les tres vivants naissent,
Vivent grandissent et meurent
Et quand un jour ils disparaissent
Ceux qui restent ici bas les pleurent.

Telle est la loi de la nature
Toute chose a une fin
Tout cela est vraiment dur
Et personne n'y peut rien.



*************************************************************


LE MAUVAIS TEMPS

J'admire au dessus du paysage
Ces tumultueux nuages
Qui se dsagrgent
En flocons de neige.

Je vois de joyeux gamins
Qui prennent pleines mains
Ce duvet si froid,
Avec beaucoup de joie.

Je sens dans le cur des paysans
La naissance d'une belle saison
Dont les graines couleur satin
Y ont germ ce beau matin.

Je vois dans tout cela
La volont d'ALLAH
De redonner confiance
A ceux qui vivent d'esprances.

(Batna, le 07/02/2013 ,11h du matin)

Tahar Matougui dit Said

_________________

Palomba
Pro
Pro

: 1279
: 52
: Ain M'lila
: 20
: 4622
: 24/07/2008

http://ainmlila.webs.com

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-05-12, 00:32

Ô INGRATITUDE
Il est l dans cet asile ,
Sans famille et sans maison ,
Seul, comme un vieillard snile
Qui a perdu la raison .

Il est l comme un dbile
Ne sachant pas pourquoi
On lui a choisi cet exil
Dans cet univers si froid .

Ô ingratitude ! Ô infamie !
Aprs tout le mal quil sest donn
Pour le bien-tre de sa famille ,
Le voil prsent abandonn !

Il a lair bien tranquille .
Et pourtant que de tourments !
Il est l dans cet asile ,
Souffrant silencieusement .

Cet homme que la solitude ronge
Fut abandonn son sort
Dans un royaume trange
Peupl dombres et de morts .

Il sy sent comme un roi sans couronne ,
Sans serviteurs et sans valets ,
Attendant patiemment que sonne
Lheure de sen aller
Matougui Tahar

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-07-11, 06:42

ELLE
Quand elle nest plus l ,
Je dessine , en rve ,son portrait ,
A coups de crayon et de couleurs .
Jaffine ,tel un artiste ,ses traits
Pour quelle vienne apaiser mes douleurs .

Quand elle nest plus l ,
Je limagine ,prsente , mes cts ,
Chaque instant ,chaque jour ,chaque nuit .
Je ladmire et je respire sa beaut
Pour quelle vienne dissiper mes ennuis .

Quand elle nest plus l ,
Je devine ,dans mes souffrances ,
Limportance ,que dans la vie ,elle avait pour moi .
Alors ,je la supplie et je limplore en silence
Pour quelle mette fin mon moi .

Aujourdhui quelle nest plus l,
Triste ,ple et bien affaibli ,
Je prie DIEU ,seul ,dans mon lit ,
De me rendre cette prcieuse offrande
Qui fait la joie de tout le monde .

Car ,dans son infinie bont ,
Lauguste Crateur en a fait don tous .
ELLE nest ni brune ,ni blonde ni rousse :
ELLE est simplement la SANTE .
MATOUGUI TAHAR


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-07-14, 07:04

MERCI Ô BON DIEU !
Merci Ô mon Dieu pour cette merveilleuse nature
Si gnreusement cre pour nous.
Merci pour ces montagnes, ces plaines et leur verdure,
Ces mers, ces ocans et leur air si doux.

Merci pour ces arbres et leur frmissant feuillage,
Do surgissent des fruits mrs et savoureux.
Merci pour cette nature aux multiples visages
Dont les peintres et les potes sont si amoureux.

Merci pour cette pluie gnreuse qui arrose
Abondamment nos champs, nos jardins et nos forts
Pour que sveillent la vie les belles roses,
Les fleurs multicolores, lherbe verte et les bls dors.

Merci pour le ciel et ses toiles, la lune et son croissant.
Merci pour ce soleil gorg de chaleur et de lumire
Qui fait murir nos rcoltes et nos moissons
Et qui claire despoir les modestes chaumires.

Merci Ô mon Dieu pour la ronde des saisons
Et la juste succession des jours et des nuits
O, ltre humain, apais, retrouve la raison
Et comprend mieux la raison de ce temps qui fuit.

Alors, merci Ô mon Dieu ! pour tous les bienfaits
Que, dans ce bas monde, tu nous procures.
Et surtout, merci Ô BON DIEU, pour tout ce que tu as fait
Pour lharmonie de cette merveilleuse nature.
MATOUGUI TAHAR



sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-07-19, 11:30

REGRETS.
Pris dans le tourbillon de la vie,
Il na pas vu le temps senfuir,
Emportant ses rves et ses envies.
Et, quand il dcide de se ressaisir,
Il se retrouve, errant presque sans but,
Sur une route plonge dans le noir,
Et les obstacles sur lesquels il bute
Grandissent encore son dsespoir.
Il est dans la tourmente
Comme un bateau livr aux flots
Et qui vit dans lattente
Dtre enseveli sous leau.
Il crie haute voix,
Il crie sur tous les toits
Comme un homme qui se noie.
Il implore du secours.
Et peut-tre quun jour,
Dans un grand lan damour,
Quelquun lui tendra la main
Pour lui montrer le droit chemin.
MATOUGUI TAHAR






sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-07-19, 11:31

UN MONDE MEILLEUR.
Il y a des gens, sur cette terre,
Qui vivent dans la misre,
Qui souffrent et qui esprent ;
Qui vivent en solitaires,
Qui se cachent et qui se terrent
De peur !

Il y a des peuples que lon chasse,
Des guerres au nom de la race,
Des vainqueurs qui senlacent,
Des vaincus qui trpassent ;
Qui meurent et qui seffacent
Dans lhorreur !

Alors, que pouvons-nous faire ?
Nous navons que nos prires
Pour que cessent
Toutes ces guerres !
Pour que disparaissent
La faim et la misre !
Pour que finissent
Toutes les injustices !
Et pour que les peuples vivent en frres
Dans un monde meilleur !
MATOUGUI TAHAR


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-07-23, 21:09

Les leons de la vie.
De lenfance lge mr et sage,
La vie, en un flot incessant,
Nous submerge, tout ge,
De nouvelles et bonnes leons.

Dans notre regard pur et indulgent,
Quaveugle une nave ignorance,
Nous croyons bien connaitre les gens
Mais nous nen voyons que les apparences.

Dsabuss, nous nattendrons pas longtemps
Pour dcouvrir que cette face visible
Dvoilera, en ralit, dans peu de temps
Un aspect cach et imprvisible.

Le genre humain est ainsi fait
De gens si diffrents et si semblables,
Avec leur bont, leur ruse ou leurs mfaits,
Avec leurs attitudes souvent condamnables.

Donneurs de leons ou bons aptres,
Nous sommes, nous aussi, comme les autres.
Alors, dans la sagesse que Dieu nous a donne
Sachons comprendre lautre et lui pardonner.

MATOUGUI TAHAR.

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-08-04, 07:27

A KADA ET LAMINE BAKHTI ........
AMIS ET FRERES
Quand elle a surgi dans ma mmoire
Telle, un clair dans un orage,
Je ne pus, cet instant, croire
Quelle ft relle cette belle image.

Et pourtant ce ntait pas un mirage
Je les voyais bien, sur cette photo, tous les deux.
Il y avait l deux rayonnants visages
Qui me regardaient tendrement comme deux yeux.

Cte cte, ils avaient le visage radieux
Comme deux amis ravis de prendre une pose.
A cet instant je me suis dit : Ô mon Dieu !
Que cest simple pour nous de voir la vie en rose.

Loin deux, et de ce verdoyant paysage,
Je contemplais, rveur, ce tableau charmant.
Et je me suis souvenu quautrefois, au village,
On avait vcu, ensemble, ces dlicieux moments.

La vie est si courte et il ne sert rien
De gaspiller de pareils instants de bonheur.
Alors, semons tout vent les graines du bien,
Il en natra de belles fleurs dans nos curs .

MATOUGUI TAHAR






...

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-08-07, 11:59

PROPOS DU PENSEUR .
Je pense donc je suis .la statue
Fige dans son ternelle attitude !
On me dit souvent : A quoi penses-tu,
Toi qui es mure dans ta froide solitude.

Penche, la tte pose sur ma main,
Je pense, je mdite, jobserve mes visiteurs.
Je regarde, curieuse, le genre humain
En invoquant, pour lui, le Crateur.

Je vois derrire chaque visage, un masque
Qui cache souvent le vritable caractre.
Je sens sous chaque crne, une bourrasque
Prte jaillir, telle une lave de cratre.

Je vois ltre dans toute sa dimension humaine :
Sa bont, sa gnrosit, son mpris ou sa jalousie ;
Sa piti, son me charitable ou sa haine ;
Ses rancurs, sa pure franchise ou son hypocrisie.

Heureux qui, comme une statue plonge dans ses songes,
Ne peut faire, ni entendre, ni parler, ni dire.
Ni faire du mal, ni trahir, ni dire des mensonges ;
Ni har, ni dtester, ni maudire, ni mdire !
MATOUGUI TAHAR


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-08-20, 19:34

LE MUR DU SILENCE.
Lorsque, parfois, des mes viles et malveillantes
Me dressent, par leurs propos, un mur dinsolence,
Je garde toujours mon attitude bienveillante
Pour mieux leur faire sentir ma muraille dINDIFFERENCE.

Lorsque leur insolence frise souvent loffense,
Exprime hypocritement sous forme dallusions,
Je ne choisirai, pour y rpondre, que mon SILENCE,
Solide rempart leurs perfides et secrtes illusions.

Lorsque leur trfonds ructe de mots de plus en plus fielleux,
Rvlant un sale caractre mais de plus en plus sale,
Je naurai que des mots de plus en plus mielleux
Pour les engloutir dans les profondeurs de mon MEPRIS abyssal.

Mais, lorsque se rvle le ct abject, pervers et odieux
De leurs curs impies, abreuvs de rancune et de haine,
En bon croyant, je dirai dans mes prires : Ô DIEU !
Epargne ces mes gares le supplice de ta Ghenne.
MATOUGUI TAHAR


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-08-25, 11:24

La leon
Hier encore , tu avais peine vingt ans .
Hlas ! tu ne les as plus depuis longtemps .
Tu tais beau , jeune et vigoureux .
Te voil , aujourdhui ,bien faible et vieux !
Tu ne pensais pas un jour devenir
Comme ce vieillard si respectable .
Tu ne voyais pas venir cet avenir
Porteur de changements bien redoutables .
Rflchis ! laisse-toi te guider par la raison !
La jeunesse nest quune enivrante fleur
Qui ne dure que le temps dune saison
Et qui clot , spanouit et puis meurt .
Hier encore , tu gotais la fleur de lge.
Tu tais svelte ,robuste et bien fort .
Et maintenant ,sexagnaire bien sage ,
Regarde ce qui reste de ton joli corps !
Tant et tant dannes sont passes .
Te voil devenu comme lui , prsent !
Regrettant ,quand ce vieillard passait ,
Davoir eu , pour lui , un regard mprisant .
Ô jeune ,tu avais oubli peut-tre
Que la jeunesse ,comme une rose , se fanait !
Et que limage que tu redoutais , de cet tre ,
Sera aussi tienne , dans quelques annes .
Hier encore , tu tais un jeune adolescent
Qui croquait la vie pleines dents .
Et maintenant que tu nas plus aucune dent ,
Je crois que tu as bien compris la leon .
MATOUGUI TAHAR ( Janvier 2010 )

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-08-31, 11:26

SOUVENIRS
Il marrive certains soirs
De penser sans cesse,
Dans ma chambre, dans le noir,
A mes annes de jeunesse.
Cest alors que mes penses
Senvolent et svadent
Dans une qute insense
De souvenirs encore en rade.
Je revois mes compagnons disparus ,
Mes amis ,mes camarades,
Nos jeux bruyants dans les rues ,
Nos voyages ,nos promenades .
Je revois mes amis scouts,
Nos sorties la campagne ,
Nos randonnes travers les routes ,
Nos campements la montagne .
La MERDJA ,cet lot de verdure
O sont graves tant dimages !
Evoquer tout cela savre bien dur .
Je ne veux plus en dire davantage .
Aujourdhui ,tout cela est bien loin !
Ce pass ne pourra nous revenir.
Mais ,moi ,je voudrais au moins
En garder quelques souvenirs .
Je les garderai dans ma mmoire
Et ,rien ne mempchera de repenser ,
Dans ma chambre, dans le noir,
A ces doux moments du pass .
MATOUGUI TAHAR (septembre 2009 )

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-09-03, 08:08

Destine des marins
Dans lombre de la nuit profonde et muette
Que perce peine le vol des mouettes,
Les bateaux comme des ombres quittent le port,
Confiant aux immensits marines tout leur sort.
Lhorizon mystrieux comme un gouffre tnbreux
Inspire aux marins un sentiment dinquitude affreux.
Cest toujours la mme frayeur par tous les temps
Car ils ne savent jamais ce qui les attend.


Quand la mer vomit ses entrailles,
Quand les flots se livrent bataille,
Les frles bateaux, soudain pris au pige,
Flottent comme de minuscules bouts de lige.
Les pauvres marins regardent avec effroi
Cet univers tnbreux et si froid,
Hriss de rcifs menaants et dcueils
O, sans spulture et sans cercueils,
Ils risquent, peut-tre, de reposer jamais.
Ils nont quun souhait : voir la mer se calmer ;
Priant sans cesse, sans penser lhorreur
Dtre engloutis par ces noires profondeurs.

Toute leur vie, ils lont passe en mer !
Toute leur existence a t bien amre !
Loin de leurs foyers, loin de tout rivage,
On lit sur leurs anxieux visages
Les tourments de cette rude destine
Quils acceptent, presque rsigns,
Pour nourrir ceux qui attendent sur terre.
Alors, ils prient, ils attendent et ils esprent
Que cette mer, qui est bien trop haute,
Les ramne, sains et saufs, sur la cte
O ils savoureront, dans la chaleur du foyer,
La chance de ne pas avoir pri noys.
MATOUGUI TAHAR (Skikda,Aot 2013)


sad49 2014-10-15, 09:10 1

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-09-09, 19:02

LARBI BENMHIDI
Devant cette porte o allait se dcider son destin ,
Il avait le regard fier et le visage serein .
Menottes aux poignets ,il avait un large sourire .
Pourtant ,il savait quil allait mourir .
Il avait fait son choix et tait convaincu
Que , tt ou tard , lennemi serait vaincu ,
Mme si on devait en payer le prix fort ,
Mme au prix de milliers et de milliers de morts .
Les chemins de la libert sont pavs de sacrifices
Qu acceptrent ,Ô Algrie ! tes meilleurs fils
Pour lguer aux gnrations de lindpendance
Un grand bouquet despoir et desprances .
A ceux , comme lui ,morts pour la patrie ,
Au million de chouhada morts pour lAlgrie ,
Ayons , au moins ,pour eux beaucoup de respect
Pour que , l o ils sont , ils reposent bien en paix .
Car notre dette envers eux est immense.
Ne loublions pas ! et que chacun pense
A ce quils ont subi comme souffrances
Pour nous offrir le soleil de la libert
Et gagner une place dans la postrit .
MATOUGUI TAHAR (Novembre 2004 )

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-09-17, 08:11

LADIEU.
Le mal est fait.
Plus rien ne sera plus comme avant.
Toi et moi, nous savons
Que le temps a dj fait
Son effet.
La page est tourne.
Faut-il la dchirer,
La brler ou loublier ?
Nos curs blesss
Nont pas cess
De sappeler.
Mais au tlphone
Nos voix devenues aphones
Nont pas pu se parler.
Est-ce une rupture
Ou une simple dchirure ?
Ce sera vraiment dur
Pour tous les deux.
Cest sr, je le sais.
Mais ce sera mieux
Car cest la volont
De Dieu.
Le destin a dj trac
Nos destines
Et nos chemins
Ne vont plus se croiser.
Alors, disons ADIEU
Et partons chacun de son ct !
Et si demain,
Devenu vieux,
Tu as encore
Peur de souffrir,
Viens alors
Te rfugier
Dans nos souvenirs.
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-09-17, 19:46

LA VIE EST AINSI FAITE.
Dites-moi qui pourra consoler
Celle qui a vu sa colombe senvoler
Vers de beaux horizons toils,
Habille de blanc et le visage voil.

Dites-moi nest-il pas trange,
Quen ce grand moment de bonheur,
Le cur bris dune mre est aux anges
Pendant que ses yeux rougis pleurent.

Dites-lui que la vie est aussi faite
De moments de sparation trs durs
Et quelle a contribu, par cette belle fte,
Au bonheur de sa fille, pas la dchirure.

Alors, sche tes larmes car ta fille fidle,
Qui peut, prsent, voler de ses propres ailes,
Reviendra souvent, vers toi, comme lhirondelle
Pour embellir de fleurs le printemps de ton ciel.

MATOUGUI TAHAR


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-09-18, 16:11

INTERROGATIONS.
Il est parfois certaines mauvaises nouvelles
O lhomme retrouve le bon ct de son cur.
Ralisant linanit de certaines querelles,
Il fait fi du pass et oublie les rancurs

Il est souvent certaines dures preuves
O ltre humain ne peut plus se mentir,
Tant ses nobles sentiments lui donnent la preuve
De ce que, pour les autres, il doit ressentir.

Il est des moments de notre vie, quon aime,
O lhomme, en conflit avec lETRE et le PARAITRE,
Doit alors se rconcilier avec lui-mme,
En rflchissant ce quil est et ce quil doit tre.

MATOUGUI TAHAR


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-09-19, 23:22

DETRESSE DUN MENDIANT SYRIEN.
Non, je ne suis pas un mendiant !
Quoi, cela vous tonne ?
Vous tes bien sr mfiants
Car je demande laumne.
Chass par un terrible vent,
Je viens du lointain LEVANT.
Jai fui les affres de la guerre
Dun pays feu et sang
Mais qui fut nagure
Stable, prospre et florissant.
Jy ai laiss tous mes biens,
Fuyant la mort et la misre.
Et maintenant que je nai plus rien,
Me voil dans cette situation prcaire.
Alors, mes chers frres,
Dites-moi ce que je dois faire.

Abandonn mon sort,
Je ne vis que de votre gnreuse aumne,
Et si vous pensez que jai tort,
Que mes frres Algriens me pardonnent
Car vous avez vcu ce mme dsespoir
Durant la priode de la dcennie noire !
Alors priez avec moi pour que cesse
Cette guerre dramatique et injuste.
Prions tous pour quapparaisse
Une solution rapide, durable et juste.
Et maudissons les faux Frres
Qui ont jet de lhuile sur ce Feu !
Et maudissons le tyran la main de fer
Qui est tomb dans le pige de leur drle de jeu !
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-09-30, 16:16

En hommage l'INTIFADA des PALESTINIENS
INTIFADA Je ne veux plus de ton sein, ma mre !
Laisse-moi rejoindre mes frres ,
Laisse-moi ramasser des pierres ,
Laisse-moi jouer la guerre.
Vois-tu mre, malgr mon jeune ge ,
Jassumerai mon rle avec courage ,
Sans craindre cette oppression sauvage
Qui sabat sur nos villes et villages.
Jai le corps fragile mais le cur solide.
Je men vais, laissant le berceau vide
Car je suis impatient et avide
Daller dtruire le mythe de David.
Mre, tu peux tre fire de ton fils !
Il ne craindra ni les tortures ni les svices.
Il est prt tous les sacrifices,
Il est prt combattre linjustice.
Ô mre ! retiens tes larmes et tes pleurs .
Laisse-moi men aller, je nai pas peur.
Car tu sais bien que si je meurs
Ce sera avec la Palestine au cur.
Matougui Tahar (Batna le 02/03/1988)

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-10-02, 15:50

UN NOUVEAU JOUR SE LEVE.
Un nouveau jour se lve ! Lastre flamboyant sannonce
Derrire ces monts encore envelopps de fracheur.
Des reflets rougetres, tels des flches de Vulcain, slancent
Dans un grand fourmillement dtincelles aux mille couleurs.

Le zphyr, dans son faible souffle, dissipe les derniers nuages.
Les ples toiles, encore prsentes, se fondent dans le ciel.
Le soleil et lazur aux teintes changeantes, dans leur sillage,
Irisent le rveil de la nature des couleurs de larc en ciel.

Les premiers balbutiements de la vie sont encore timides :
Des gazouillis montent des arbres comme une agrable symphonie,
La brise caresse, en vagues successives, les feuilles encore humides
Et la chaleur et la lumire donnent au paysage plus dharmonie.

Lincandescence du soleil rveille alors le plein jour :
Les abeilles, allches par les odorantes fleurs, butinent,
Les paysans, pensant la saison prochaine, labourent,
Et les vaches, dj repues dherbes grasses, ruminent.

Puis les autres hommes se rveillent la vie, tour tour,
Pour vaquer leurs activits, pour faire leur devoir.
Car ils savent que, entrain dans un voyage sans retour,
Le jour qui passe, disparaitra jamais, dans lobscurit du soir.
MATOUGUI TAHAR






sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-10-06, 00:35

En hommage aux tres chers qui nous ont quitts et NADJIB ABABSA LHEURE DU DEPART.
Comme les feuilles de lautomne
Quemporte soudain le vent
Pour un ultime voyage,
Limplacable temps moissonne
Des vies, trs souvent,
A la fleur de lge.

Comme les papillons pleins de grce
Qui ne vivent que le temps
Dun phmre printemps,
On voit, chaque jour qui passe,
Nous quitter chaque instant
Des tres quon aimait tant.

Comme les belles roses
Qui sempressent dclore
Avant de se faner et fltrir,
LEtre, rsign comme toute chose,
Sait que tel sera galement son sort
Et quun jour, il devra aussi partir.

MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-10-12, 22:53

LES MENDIANTS DU SAHEL.
Ils sont venus de si loin,
Chasss par la misre et la faim.
Ils ont fui par familles entires,
Bravant limmensit du dsert,
A la recherche dune terre
Accueillante et hospitalire.

Dans la chaleur de lt,
Ployant sous le poids de la fatalit,
Ils ont abandonn le lointain Sahel
Rvant de trouver ici le Pre Nol
O ils auront volont du pain,
A lombre de son gnreux sapin.

Ils sont l du matin jusquau soir
Occupant un coin du trottoir
Comme de pitoyables taches noires,
Esprant de la gnrosit des gens
Rcolter un peu dargent
Pour repartir avant lhiver
Regagner le Mali ou le Niger,
Encore plongs dans la misre et la guerre.
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-10-25, 18:37

LA NOSTALGIE.
La nostalgie, cest cette image
Dil y a trs longtemps,
Qui a travers le temps
Pour hanter comme un mirage
Notre mmoire tout moment.

La nostalgie, cest cette voix
Qui rsonne encore nos oreilles
Comme une berceuse qui rveille
Des souvenirs dautrefois
Qui nous font si mal quelquefois.

La nostalgie, cest le souvenir prsent
De ces doux moments furtifs
Que la mmoire retient captifs
Dans la volupt de sa prison
O se perd la raison.

La nostalgie, cest ce triste visage
Qui brle et se consume,
Devant sa coupe damertume,
Le temps dun orage,
Attendant le clair de lune.

La nostalgie, cest cet trange sentiment
Que lme tourmente ressent
Comme un besoin pressant,
Quand le cur absent
Devient las de son prsent.
MATOUGUI TAHAR.


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2013-10-31, 08:18

A LA MEMOIRE DE MESSAOUDA SAADOUNI ELLE EST PARTIE
Derrire son sourire de fausse Joconde
Aux clats de rire dguiss,
Se cachaient une blessure profonde
Et les squelles dune vie brise.

Ctait un sombre tableau noir
Quelle pensait pouvoir effacer,
Pour oublier le chagrin et le dsespoir
Dune existence qui la toujours offense.

De cette vie, elle nesprait que des roses
Comme nimporte quel tre humain.
Mais toutes les portes lui ont t closes
Et des pines ont parsem son chemin.

Ctait une me bien tourmente,
Sans cesse dcourage par le sort.
De son amre existence mouvemente,
Elle nentrevoyait comme issue que la mort.

Un matin, dans un acte de dmence lucide,
Elle rsolut, sans dire adieu son fils unique,
De rejoindre lternit, dun saut dans le vide,
Pour fuir jamais ce monde cruel et inique.
MATOUGUI TAHAR


sad49 2013-11-25, 14:59 1

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

1 4 1, 2, 3, 4  

      


 
: