Ce que dit la presse sur notre ville

      

Ce que dit la presse sur notre ville

   Moh Larbi BenMhidi 2007-11-20, 13:45

1-sujet n1:

2-sujet n2:

3-sujet n3:
AN MLILA
lest du pays, passage oblig de tous les commerces
Les brochettes, la pice dtache, et... les voitures voles
A la cit des 100 Logements, une appellation numrique comme cela se fait dans toutes les villes algriennes, encore de la poussire, rien que de la poussire. Les travaux de revtement de la chausse tranent depuis des mois et les nuisances occasionnes aux riverains ne se comptent plus.

Quand il pleut, cest la gadoue jusquaux chevilles. Et maintenant que le soleil brille, cest la poussire qui nous assche la bouche et les narines. Vous pouvez faire un tour en ville, cest partout la mme chose , nous dira un gardien de parking, sans aucune existence lgale, bien sr. Effectivement, toute la voirie de An Mlila tente de se refaire une beaut pour que les nids-de-poule et autres gteries du genre disparaissent. Nous tentons de retaper la chausse comme on peut, nous dira M. Omeche, le P/APC de An Mlila. Nous escomptions que le projet concernant la voirie des hauts-plateaux allait nous toucher, hlas il ne le fera pas. Treize communes de la wilaya dOum el Bouaghi sont concernes, mais pas An Mlila. Pourtant la ville de An Mlila vu sa position gographique, mrite quon sy intresse un peu plus. Situe 50 km du chef-lieu, Oum El Bouaghi, 50 km de Batna et de Constantine, la ville est devenue depuis quelques annes le passage oblig de tous les commerces. Il est bien loin le temps o An Mlila ntait connue que pour ses brochettes. Maintenant, le commerce sest dvelopp une allure vertigineuse, ce qui a fini par donner le tournis ses responsables. Pour une ville de 100 000 mes, nous avons enregistr plus de 30 000 registres de commerce, sans compter linformel qui tient aussi une place prpondrante, un secteur dont on sest accommod puisque selon nos calculs, chaque commerant non enregistr fait travailler un minimum de trois personnes. Et dans une ville o le chmage flirte avec les 27% de la population active, tout emploi est bon prendre en attendant que tous ces informels soient rgulariss. Je vous ferai remarquer aussi que An Mlila est lune des rares communes, si ce nest la seule de la wilaya, faire rentrer de largent frais dans les caisses de lEtat , nous dira encore le P/APC. Pour le visiteur qui na pas vu la ville de Larbi Ben mhidi depuis des annes, la surprise sera grande. Car si les brochettes, ou du moins leur odeur, sont toujours l pour accueillir tout visiteur, que ce soit lentre ou la sortie de la ville, les magasins qui ont pouss comme des champignons bordent toutes les alles de la ville et proposent un commerce multiple qui va des ustensiles de cuisine aux dernires technologies des appareils de rception des programmes par satellite, en passant par une nue de locaux spcialiss dans la pice dtache pour auto, dont An Mlila est maintenant la capitale. Farid est justement lun de ces nombreux commerants tenir un magasin de pices dtaches, spcialis dans une marque de voiture sud-est asiatique. Pour avoir son tmoignage, il a fallu ramer et plusieurs de ses confrres contacts avant lui ont refus de nous dire ce qui a fait que le commerce de la pice dtache explose An Mlila.

La fivre du commerce

Ce que je vais vous dire est un secret de Polichinelle. La plupart des commerces de pices dtaches sont btis sur des fortunes douteuses. Plusieurs personnes ont profit de la dernire dcennie pour faire du commerce darmes et de drogues. Maintenant que lEtat semble reprendre les choses en main, limmense capital amass ces dernires annes a t orient vers la pice dtache dorigine. Car bien que les pices aient lair de sortir dusines spcialises, plus de 90% ne sont quimitation. Je vais peut-tre vous surprendre mais je vous assure quune majorit de concessionnaires automobiles agrs vient sapprovisionner chez nous, notamment ceux de la voiture franaise, pour proposer ensuite leurs clients de limitation des prix exorbitants. Pour le reste, il y a la casse, de vritables cavernes dAli Baba, o vous trouverez tout ce quil faut pour votre voiture, camion ou remorque. Cette casse nest malheureusement pas alimente uniquement par la pice des voitures accidentes. Les vhicules vols Constantine, Batna, en passant par Oum El Bouaghi et dautres villes limitrophes atterrissent An Mlila, spcialement dans deux hangars hors de la ville connus de tous, et ignors par tout le monde, o la voiture est maquille et revendue ou carrment dsosse et ses pices dispatches travers quelques magasins de la ville. Un constat apparemment svre, mais qui illustre la fivre du commerce qui sest empare de An Mlila, et o les frontires du licite et de ce qui lest moins se confondent pour nen faire plus quune. Cest peut-tre ce qui a fait que le destin dune commune agropastorale soit transform, par la force des choses, en une entit commerciale avec un embryon, prometteur il faut le dire, dindustrie. Le mrite revient sans conteste aux huileries Zinor qui commencent concurrencer srieusement Fleurial, les filtres pour voitures Safia, les marbreries Khentouche, et limprimerie Dar El Houda, pour accueillir dans un proche avenir une usine de batteries, toujours pour vhicules, une autre pour la transformation du sucre, du savon et une chocolaterie, sauf que tout cela risque de rester lettre morte si le PDAU nest pas revu et corrig, comme nous la expliqu le P/APC, un PDAU qui a fait que plusieurs lots destins au secteur industriel soient encore en plan du fait de la complexit de lappliquer. Le samedi et le mardi sont les journes du souk de la ville. Des milliers de personnes viennent des wilayas limitrophes esprant faire de bonnes affaires. On y vient mme de la capitale. Ces souks, une manne financire pour lAPC, drainent dnormes capitaux et tout se ngocie et se vend en plein air et en liquide. Ici le chque et les virements bancaires ne font pas partie du lexique local.

Largent existe...

Matre Benzekri, la quarantaine, un notable de la ville, est le type mme de la russite la mlilie. Pas dans la pice dtache ni dans llectromnager, mais dans un secteur pratiquement inconnu An Mlila : les services, car celui qui a t aussi prsident de lassociation sportive ASAM est notaire. Son sige au niveau de la cit des 100 Logements ferait rougir bien des directeurs dentreprises huppes. Le marbre et dautres matriaux nobles sont l pour tmoigner du got de notre hte et surtout lestime quil voue ses clients, puisque ses salles dattente nont rien envier nimporte quel salon du plus prestigieux des htels. Sa villa est l pour recevoir les dolances de ceux qui voudraient rgler un problme de succession, dhritage ou autres, et matre Benzekri est l pour conseiller tout ce beau monde. A An Mlila existe une volont de fer, de faire dcoller notre commune. Largent existe en grande quantit, mais il ny a pas dopportunits relles dinvestissements. Le commerce est trs dvelopp, certes, mais avec tous les capitaux qui circulent, on pourrait avoir la zone dactivit la plus forte dAlgrie. Malheureusement, ceux qui sont censs donner un coup de fouet pour booster les investisseurs ne le font pas et les impts sont aussi l pour dcourager le plus tenace des investisseurs. Il y a quelque part une volont de laisser An Mlila vgter, et pour le moment ces gens-l ont russi au-del de toute esprance. Dehors, il fait toujours lourd. Cest jour de souk. Le mardi. Tout se ngocie mme le trottoir et une cohue indescriptible stend sur lavenue principale de la ville. Se mlant aux vendeurs agrs , plusieurs dizaines de jeunes sont l, des tlphones portables la main les proposant aux passants des prix dfiant toute concurrence. La plupart de ces mobiles sont vols au niveau des grandes villes comme Batna ou Constantine, parfois An Mlila mme , nous dira un ancien commerant en lectromnager reconverti depuis peu dans la friperie. Et avec le temps, ces jeunes se sont cr un emplacement officiel en plein centre, un jet de pierre du sige de la sret de dara, sans que cela offusque les autorits. Par contre, on sanctionne le commerant honnte si ses stands dpassent la limite de son commerce les jours de march , nous dit-on encore. Malgr tous ces alas, An Mlila est loin dtre une commune dshrite, malgr la justesse de son projet communal. Celle qui devait avoir un statut de wilaya et qui a t dtrne la dernire minute par sa rivale de toujours, Oum El Bouaghi, bnficie de leau H 24. Tous ses quartiers sont lectrifis, mme sil y a parfois des problmes de surtension. LOPOW qui devait voir le jour, il y a plusieurs annes, sera inaugur prochainement en plus dun complexe qui englobera entre autres une piscine ; la preuve qu An Mlila on peut penser dautres choses que les brochettes ou les pices dtaches. Le volet culturel ne sera pas en reste puisquun complexe culturel verra le jour bientt. Donc tout semble aller pour le mieux dans cette ville qui a vu pousser des palaces sur la route de Batna une vitesse tonnante, preuve qu An Mlila on peut manquer de tout sauf dargent. Mais cela ne semble pas tre lavis des habitants dEl Fourchi, une petite localit qui jouxte An Mlila, qui ont exprim leur ras-le-bol face la dgradation constante de leur cadre de vie, notamment labsence de gaz naturel, une denre promise depuis longtemps par les officiels, mais qui reste pour le moment une arlsienne. En allant vers An Kercha, nous longeons une voie ferre qui reliait la ville Tbessa et servait de relais vers les grandes lignes ferroviaires du pays, surtout en ce qui concerne les mines dEl Ouenza. A larrt depuis plusieurs annes, malgr son importance stratgique, cette ligne a fait couler beaucoup dencre et de salive, sans quaucune explication officielle vienne rpondre aux nombreuses questions souleves par toute une population. Il se dit, ici et l, de la rouverture imminente de cette ligne, sans quaucune partie officielle vienne confirmer ou infirmer la chose. Mais comme nous le dira un vieux marchand au souk : la ville a ses rgles propres elle, des rgles non crites mais qui ont un poids autrement plus important que le doustour. Cest vrai quil se passe de drles de choses chez nous, mais pas plus graves que ce qui se passe dans les coulisses du pouvoir. La paix sociale An Mlila est ce prix. Quon nous laisse travailler comme on a lhabitude de le faire, et quon lche la bride ces jeunes qui naspirent qu vivre dcemment, mais qui esprent senrichir rapidement. An Mlila cest tout cela, et a ne changera pas de sitt.

Hamid Bellagha -el watan

Moh Larbi BenMhidi
Admin

: 526
: 34
: ALGER
: 18
: 625
: 07/11/2007

http://Ainmlila.exprimetoi.net

    

: Ce que dit la presse sur notre ville

   mouza 2007-11-20, 23:31

moh c sur tu est chomeur ? oui/non stp arrete

mouza
Actif
Actif

: 67
: 0
: 0
: 20/11/2007

    

      

- 

 
: