Batna - spectacle de la calligraphie arabe

      

Batna - spectacle de la calligraphie arabe

   Moh Larbi BenMhidi 2009-08-23, 20:43


















_________________
La modestie permet de progresser; L'arrogance est un frein- Proverbe chinois

Moh Larbi BenMhidi
Admin

: 526
: 34
: ALGER
: 18
: 625
: 07/11/2007

http://Ainmlila.exprimetoi.net

    

: Batna - spectacle de la calligraphie arabe

    2009-08-23, 22:14

Merci Moh pour l'envoi de ces photos representant des chefs-d'oeuvre de la calligraphie arabe qui est l'Art d'crire de Belles Lettres. Cet Art s'est largement dvelopp dans la culture arabo-musulamne, essentiellement en raison de l'interdiction de la reprsentation de la vie. On trouve dans la Calligraphie Arabe de nombreux styles d'criture ayant chacun leurs rgles strictes et leur champ d'application (illustration, dcoration architecturale, dition, ... )
je vous poste donc un bref aperu sur les differents styles de cet art magnifique.


L'criture la plus ancienne et la plus simple est le hijazi. Il s'agit d'une calligraphie simple, cursive, o les diacritiques, cest--dire les notations des voyelles courtes sont rarement indiques, et prennent alors la forme de petits traits. Elle a cours la fin du VIIe et au VIIIe sicle principalement, et se retrouve dans les premiers corans et des inscriptions lapidaires.

Le coufique Article dtaill : coufique.


Page de Coran du IXe sicle



Une seconde criture, coufique, se dveloppe au
IXe sicle. Plus volue, plus soigne et plus calibre, elle se distingue par une ligne horizontale trs marque, un rythme et une aration du texte visibles. Les voyelles sont parfois notes, sous forme de points rouges, et les consonnes, auparavant mal diffrencies, sont parfois agrmentes de tirets pour rendre les textes plus lisibles. On connat notamment cette criture grce la dcouverte d'un corpus de Coran la Grande mosque de Kairouan, en Tunisie, mais elle apparat aussi sur des monnaies.
A partir du
Xe sicle, l'criture se diversifie. On attribue en gnral l'Iran oriental une criture parfois coufique, mais parfois plus douce, avec des hampes trs hautes, telle qu'on la voit sur les plats en cramique samanides. L'paisseur des lettres varie beaucoup.
une page de Coran du XIIe sicle en coufique andalou



Au Maghreb, la taille du calame plus en pointe permet d'obtenir une uniformit du trait caractristique. Les lettres au dessous de la ligne forment une courbe. L'utilisation d'une encre de couleur diffrente pour les voyelles est galement typique de la rgion.
Une variante de ce style est l'criture andalouse, de plus petites dimensions et plus serre.
Si ces deux critures sont coufiques, ce style commence tre mis un peu l'cart, du fait de son caractre peu pratique. Le coufique est utilis encore pour les en-ttes de Corans ou certaines inscriptions monumentales, mais le naskhi tend prendre le dessus pour les textes plus longs. Le kufique se prte pourtant trs bien l'ornementation, c'est pourquoi plusieurs styles ornementaux sont encore dvelopps.
En Egypte
fatimide, une caractristique de l'criture tient faire remonter un lment de S invers qui normalement se situe sous la ligne. On appelle ce style le "coufique foli".
En
al-Andalus, notamment dans les travaux de la Grande Mosque de Cordoue, les lettres se terminent par des demi-palmettes, une tendance que l'on retrouve en Iran et en Egypte fatimide et qui prend le nom de "coufique fleuri" lorsque l'criture prend un tour extrmement dcoratif. elle en devient parfois quasiment illisible, comme sur le cnotaphe de Siraf (1133).
Un troisime type de coufique est le "coufique tress", ou "natt", dont les hampes dessinent des entrelacs parfois complexes.

Coufique gomtrique la medersa Bou Inania de Mekns



Le "coufique gomtrique", quant lui, s'inscrit gnralement dans un carr pos sur la pointe, qui prend le nom de banna'i en persan. Il est utilis frquemment comme dcor d'architecture. En gnral, ce sont les noms de grands personnages religieux (Ali, Mahomet) ou celui de Dieu (Allah) qui sont rpts. Souvent, de par ses caractres imbriqus et son extrme gomtrisation, le kufique gomtrique est quasi-illisible, mais l'intrt n'est pas smantique, il tient dans le dcoratif. De fausses pigraphies, que l'on nomme "pseudo-pigraphies" sont mme parfois utilises, dans un but purement esthtique, videmment.

L'criture cursive Plus dlie et plus souple, l'criture naskhi, qui apparait vers le Xe sicle ne contient pas de caractres anguleux, ce qui ne l'empche pas de prendre de nombreuses formes diffrentes. La proportion des lettres s'tablit partir du Alif , une lettre constitue d'une simple barre verticale. Dans les textes, six styles d'criture sont en gnral distingus, mais sans que des exemples en soit montrs. La difficult est donc de diffrencier ces styles et de leur donner le bon nom.


Exemple de naskhi dans un manuscrit mdical (livre des dioscorides) du XIVe sicle





  1. Le naskh, ou naskhi, est une criture cursive simple, utilise dans les correspondance avant que les calligraphes s'en emparent et l'utilisent dans les Corans. elle est la fois fine et souple, sans accent particulier, et se caractrise par une grande lisibilit.
  2. Le thuluth est une criture plus monumentale, nergique, aux hampes tires. Elle est surtout employe par les mamelouks, aux XIVe et XVe sicles.
  3. Le tawqi' apparait dj sous le rgne des califes abbassides, qui s'en servent pour signer des actes officiels. Avec ses hampes tires et ses larges courbes sous la ligne principale, elle est reste une criture de chancellerie peu usite.
  4. Le rika' est une version miniature du tawqi', galement trs peu utilis.
  5. Le muhaqqaq est une criture ample, alerte. Les terminaisons des lettres sont allonges et leurs courbes aplaties soulignent le texte.
  6. La kayhani est une version miniture du muhaqqaq.


Exemple de graphie nastaliq au dessus d'une peinture de Behzad



Exemple de graphie muhaqqaq dans un Coran contenant une traduction en persan du XIIIe sicle. Muse National d'Iran.



Mais ces six calligraphies canoniques ne sont pas les seules utilises. Certaines, comme le Ghubar, sont rserves des usages spcifiques. Cette calligaphie minuscule, dont le nom vient du mot arabe "poussire" servait copier des corans miniatures. D'autres sont caractristiques d'une rgion, comme le nastaliq. cette criture, dont le nom signifie "pendant, accroch" apparat partir de 1370 et n'est utilise que dans le monde iranien. Elle est la contraction du naskh et du taliq', une criture de chacellerie dont on ne connat que trs peu d'exemples datables des Xe, XIe et
XIIe sicles, et se caractrise par sa finesse, son caractre un peu suspendu et des contrastes forts de pleins et de dlis. Assez peu employe pour les Corans, elle sert plutt transcrire de la posie et des actes administratifs.

Les calligraphies ttes humaines existent en Iran aux XIIe-XIIIe sicles, et voluent peu peu vers des calligraphies animes, o l'ensemble de la lettre prend une forme d'Homme ou d'animal.

La signature stylise (ou Tuğra, ; ) du Sultan Ottoman Mahmud Khan. L'indication Mahmud Han bin Abdulhamid muzaffer daima signifie "Mahmud Khan fils d'Abdulhamid est toujours vainqueur."



Les Ottomans ont t de grands crateurs en matire de calligraphie. Ils ont ainsi rcupr le taliq', cette criture de chancellerie iranienne peu utilise pour l'utiliser dans des pitaphes et dans la posie. Ils ont galement mit au point le divani, un style rserv la chancellerie (son nom vient du divan, qui est le conseil des ministres). Trs serre, elle multiplie les diacritiques et les petits ornements et se caractrise par un lan vers la gauche, ce qui la rend complique dchiffrer. On peut enfin citer les tughra, ces signatures de sultans ottomans qui se prsenent sous forme de monogramme en tte des documents officiels. Apparues au milieu du
XVe sicle, ces tughra se perfectionnent au fur et mesure des rgnes pour atteindre un grande complexit. Elle se caractrisent par trois hampes, symbolisant peut-tre les trois tendards en queue de yack des premiers turcs ottomans ou les trois doigts et le pouce du sultan, et contiennent la fois le nom du souverain, celui de son pre et une formule grrique.
Dans l'Inde des sultanats, une calligraphie exclusivement coranique est galement cre aux XIVe-XVe sicles : le bihari.


ouafa59 2009-08-24, 15:44 1




    

: Batna - spectacle de la calligraphie arabe

   Al-fassil 2009-08-24, 11:52


Merci Moh et Ouafa, c'est avec un grand plaisir de scanner vos intervention, une chose qu'on fait que lorsque le sujet est d'une telle valeurs.
Et merci encore pour les belles illustration d'images.

Al-fassil
Pro
Pro

: 655
: 48
: Ain M'lila
: 10
: 1434
: 30/04/2009

http://www.al-fassil.co.cc

    

: Batna - spectacle de la calligraphie arabe

   Al-fassil 2009-08-24, 12:05


PS.
Mais permettez moi de faire cette remarque chrs amis;
Alors que tout le monde tait au courant des carnaval fi dachra ci et l, car on a mobilis tout les moyens mdiatiques pour faire la pub gratuits,,, et je vais meme dire qu'on a ajourn toutes couvertures media sur n'importe quel autre evenement except les Zerdas ou les Plat ages.
Et on n'en trouve d'un autre cot presque aucun spot sur la manifestation dont vous nous faites part.

Al-fassil
Pro
Pro

: 655
: 48
: Ain M'lila
: 10
: 1434
: 30/04/2009

http://www.al-fassil.co.cc

    

      

- 

 
: