Illusions perdues et espoirs des femmes Par Baya Gacemi

03052010

 

Illusions perdues et espoirs des femmes Par Baya Gacemi




Mre Algrie a enfant aussi de grandes dames et Baya Gacemi, grande journaliste, tait l'une d'entre elles. Repose en Paix Baya et soit certaine que nos filles qui poussent le zle de vanter les vertus de l'obscurantisme dcouvriront bien tt leur erreur. Ta lutte n'a pas t vaine......
Entre lAlgrie et ses femmes, le malentendu na jamais cess. Elles avaient pourtant t, dans les annes 50 et 60, aux avant-postes de la lutte de libration. Mais la relative libert des soeurs , clbres pour avoir combattu comme des hommes , ne dura gure. En 1972, le couvercle retombait dj : le Code de la famille menaait dofficialiser la tutelle masculine. Il fallut une ample mobilisation fminine pour faire reculer provisoirement le Conseil de la rvolution. Depuis le dbut des annes 80, les tenants de la socit patriarcale ont reu le renfort massif des mouvements islamistes. Laffrontement est devenu sanglant. Malika raconte.

Par Baya Gacemi

AVANT, il y avait ma mre. Aprs, il y aura mes filles. Moi, je ne suis quune transition vite passe. Les femmes de ma gnration croyaient avoir ouvert la voie celles qui allaient suivre. Nous nous sommes trompes. En trois gnrations, trois visions du monde se sont succd. Malika nest ni blase ni due. Elle se dit seulement, un peu prise de court , surtout depuis que sa fille ane sest plonge, voici trois ans, dans la prire. Je sais que je ne peux pas mettre cela uniquement sur le compte dune crise mystique par laquelle passent souvent les adolescents, avoue-t-elle. Je sais quil y a autre chose. Un jour, sa fille lui a lanc : Tu crois tre une authentique Algrienne alors que tu nes que la mauvaise copie dune Europenne. Depuis, elle essaie de comprendre. Pour elle, les femmes devaient suivre son propre parcours, cest--dire les tudes, puis le travail, pralable une mancipation totale. Il ntait surtout pas question de porter le voile, ce symbole de la rpression patriarcale , comme elle le qualifie. Personne ny pensait dailleurs.
En voyant ses filles voluer, Malika se rend compte que la ralit ne correspond pas ses rves. Javais sous-estim les pesanteurs culturelles , admet-elle, avant de souligner lun des effets pervers de la crise conomique sur la socit et surtout sur les femmes : Nayant plus rien obtenir de lEtat, la population se retourne contre lui et, lui reprochant ses choix, elle se referme sur le seul bien quelle est sre de possder encore : ses valeurs ancestrales.
Cheveux courts, vive et lallure sportive, Malika travaille dans une entreprise publique. Elle affirme navoir pas, en rgle gnrale, souffert de discrimination sexiste dans sa vie professionnelle, mais reconnat que son statut de cadre, son apparence nergique et son absence de timidit lont bien aide... Ne quelques annes avant lindpendance dans un milieu dfavoris, elle estime, quarante-quatre ans, avoir eu plutt de la chance et avoir bien rempli sa vie. De son pre, ouvrier dans une usine, ne sachant ni lire ni crire, ce qui ne lempchait pas dtre un syndicaliste actif, elle a gard des convictions et un parler franc.
Divorce, mre de deux filles ges de dix-sept et quatorze ans, intelligente et lcoute des autres, elle se fait cependant un reproche majeur : de navoir pas anticip une volution qui sest opre sous ses yeux. Ma mre, analphabte, avait tout mis sur lcole. Pour elle, le salut des femmes devait venir de lducation et... de Boumedine. Pas de doute lpoque sur le sens de lhistoire, qui allait vers une libration totale des femmes.
A lindpendance, Malika avait dix ans. Dans sa petite ville ctire de lEst algrien, Skikda, ses parents lui disaient, en regardant partir les bateaux remplis de pieds-noirs : Cest vous, nos enfants, qui les remplacerez. Notre pays nous appartient maintenant. Et nos filles travailleront avec leurs frres pour le construire.
Les choses nont bien sr pas toujours t aussi faciles, mais Malika ne garde pas, dans lensemble, de mauvais souvenirs de toutes ces annes-l, bien au contraire. Ingnieur en informatique, elle a bnfici dune bourse, comme tous les bacheliers de lpoque. La rvolution agraire a t pour elle une autre cole de volontariat et de dvouement. Les universitaires devaient aider les paysans analphabtes. On tait sincre... Oui, le volontariat dans les campagnes permettait aux tudiants, filles et garons, runis autour de la mme cause, de connatre une fraternit quils ne pouvaient connatre ailleurs. Et les parents ne trouvaient rien redire cette promiscuit entre filles et garons. Le plus tonnant a t lattitude de nos mres. Trs traditionnelles, elles ont procd sans le savoir, et trs vite, un bouleversement total de leurs mentalits. Elles ont accept pour leurs filles des choses quelles ne se seraient pas permises pour elles-mmes. Mme si, la maison, certains tabous demeuraient trs forts.
La mre de Malika avait une ide bien prcise de ce que devait tre la femme du futur : sans voile, instruite et travailleuse. Lenseignement gnralis permettrait darrimer lAlgrie au vaisseau Europe. Cette cole allait aider les filles sortir du carcan familial, se dbarrasser du poids de traditions, smanciper pour devenir des adultes responsables et matresses de leur sort. Aujourdhui, lorsque jentends certains affirmer que cest lcole qui a engendr lintgrisme, javoue que je suis un peu perplexe.
Pourtant, des signes inquitants taient dj l. Les batailles - nombreuses et pres - autour de llaboration dun code de la famille en taient les plus visibles. Mais qui, en ces annes daprs lindpendance, aurait pens salarmer, alors que lon continuait de proclamer de grands idaux rvolutionnaires et des principes dgalit et de progrs ? Malika, comme la plupart de ses amies, suivait les dbats pisodiques autour du statut de la femme dune oreille distraite. Pour elle, les pressions des traditionalistes ntaient rien dautre que des incursions sans importance dans une histoire qui suivait imperturbablement son cours .
La premire alerte srieuse est venue en 1972. Cette anne-l, un code de la famille a t prsent au Conseil de la rvolution, la seule instance dirigeante cette poque. Il renforait et codifiait les coutumes dune socit profondment patriarcale, officialisait la tutelle de lhomme sur la femme, considre comme mineure du berceau au tombeau. Le contrat de mariage, par exemple, ne pouvait tre conclu quentre lpoux et le tuteur de lpouse, cest-- dire le pre de la jeune fille, ou bien lun de ses oncles, ou son frre (peu importe quil soit plus jeune quelle), ou encore, en labsence dun parent masculin, un juge. En cas de divorce, la femme se voyait dpossde de tout, de son domicile dabord, de la tutelle parentale ensuite, mme dans le cas o les enfants lui taient confis... Il sen est fallu de peu que ce texte, trs rtrograde, soit adopt. Une leve de boucliers russit faire avorter ce projet qui menaait dentriner lgalement la situation tragique dans laquelle beaucoup de femmes se trouvaient dj plonges, de fait. Regroupes autour des moudjahidates (combattantes de la guerre de libration, dont laura tait encore intacte) et de lUnion nationale des femmes algriennes (UNFA, lie au FLN mais largement influence lpoque par des militantes communistes), universitaires, salaries et syndicalistes se mobilisrent en effet nergiquement. Elles organisrent de nombreuses manifestations, en particulier devant le palais du gouvernement, avec un slogan : Pour une citoyennet entire et un argument : le rappel leurs anciens compagnons de combat quelles avaient port les armes comme eux, quelles staient sacrifies, comme eux. Mais la plupart des moudjahidins rpondirent que les femmes seraient aussi bien la maison, avec une pension, pour lever les enfants, maintenant que le pays tait libr.
En labsence de Parlement, il ne fut cependant pas trop difficile de faire reculer le Conseil de la rvolution. Celui-ci puisait sa lgitimit dans la guerre de libration et navait pas intrt saliner les reprsentantes dune partie de la population fminine, ses hrones surtout. Il continua donc, comme par le pass, rendre rgulirement hommage au courage de ses soeurs qui avaient combattu comme des hommes , les armes la main (ce qui ne lempchait pas de navoir intgr aucune femme en son sein...). Sil rsista un certain temps aux coups de boutoir des traditionalistes, le Conseil de la rvolution se montra moins ferme au fil des ans, surtout quand il eut besoin deux pour faire passer certains projets (en particulier la rforme agraire en 1974).
Lorsque les premires manifestations dislamistes ont clat, en 1975, Malika tait tudiante et elle ny a pas prt attention. Ils ne pouvaient pas nous faire peur, ils allaient contre-sens de lhistoire. Sa mre, une femme pieuse pourtant, tait, pour sa part, plus inquite et plus svre. Elle, qui ne savait mme pas lire et avait toujours t confine la maison, voyait dun mauvais oeil ces jeunes gens agressifs quelle accusait de vouloir nous ramener lge de pierre .

Un dossier secondaire

CE nest quau dbut des annes 80 que la pression est devenue vraiment trs forte et quil a bien fallu ouvrir les yeux. En mars 1980, Malika sen souvient, les islamistes ont organis la premire marche de leur histoire, et russi rassembler 5 000 partisans devant luniversit dAlger. Presque aussitt aprs sont nes dans les universits les premires associations fministes, profitant de louverture politique amorce par le prsident Chadli Bendjedid. Mais ces mouvements nont pas russi simplanter en dehors des grandes villes, en dpit de leurs efforts. Lanalphabtisme - qui fait un retour en force dans le pays depuis une dizaine dannes et touche plus de 40 % de la population - y est assurment pour quelque chose.
Le vritable choc allait venir quatre ans plus tard, en 1984, avec ladoption du code de la famille. Toutes les clauses les plus injustes, celles quon avait russi repousser en 1972 comme la polygamie, la question du demi-hritage pour les femmes, et surtout la soumission totale de la femme son tuteur... tout cela se voyait lgalis. Et a ltait en contradiction totale avec la Constitution, qui, elle, est trs galitaire. De ce quelle a vcu comme un traumatisme, Malika sefforce cependant de tirer un aspect positif : Ça nous a obliges perdre nos illusions et reprendre nos esprits. On a compris que la lutte devrait se faire en profondeur et quil ne faudrait plus compter sur le pouvoir, quel quil soit, pour apporter des changements. Ctait de la base, et des femmes elles-mmes, quil fallait esprer quelque chose. Malika stait promis que ses filles, Lamia et Nadia, seraient plus libres quelle ne lavait t et quelles auraient tous les droits dont elle-mme - pourtant privilgie - avait t frustre. Le droit davoir une vie prive, surtout. Que ses filles naient plus lutter contre la famille la maison, et contre la socit lextrieur, ctait son voeu le plus profond, et il lui paraissait vident que ses enfants non seulement partageraient cette aspiration, mais lui en seraient reconnaissantes.
Alors, quand Lamia, sa fille ane - qui veut devenir architecte - lui renvoie la figure ses ides dcadentes et anti-musulmanes , Malika nen revient pas et elle se sent profondment dstabilise. La mre et la fille ont limpression de ne pas parler le mme langage. Maman croit que, pour tre moderne, il faut lui ressembler, sirrite de son ct la jeune fille. Se demande-t-elle seulement pourquoi elle refuse, elle, de ressembler sa propre mre ? Sest-elle seulement demand ce quest la modernit ?
Sans trop y croire, Malika suit les quelques initiatives prises de temps autre, ici et l, en faveur des femmes. A linitiative dune journaliste, Mina Zerrouk, et de son association Femmes en communication , a t lance, en fvrier dernier une ptition prudemment intitule : Un million de signatures pour le droit des femmes dans la famille. En dpit de lappel publi avec insistance, tous les jours dans diffrents journaux, on est loin du million espr...
Cette initiative na pas manqu de dclencher une surenchre immdiate de la section femmes du Mouvement de la socit pour la paix (MSP) de M. Mahfoud Nahnah... Ce parti, qui se dfinit comme islamiste modr et qui compte 17 % de femmes au sein de son conseil de direction, a menac de lancer une ptition destine recueillir trois millions de signatures, pour que les femmes algriennes retrouvent leur dignit de musulmanes ... Maintenant que le MSP participe au gouvernement, quil est prsent en nombre important au Parlement et que les diffrents lus islamistes forment presque le tiers de lAssemble, il est clair quil ne faut pas sattendre de grands bouleversements dans le code de la famille. La balance penchant nettement en faveur des conservateurs - parmi lesquels il faut compter des courants qui ne se rclament pas forcment de lislamisme -, aucun gouvernement ne se risquerait ouvrir un front supplmentaire, avec la crise violente qui secoue dj le pays. Il sy risquerait dautant moins sur la question des droits des femmes que ce dossier reste, malgr tout, peru comme secondaire.
Depuis que la violence a fait irruption dans le paysage politique algrien, toute autre proccupation se voit relgue larrire-plan. Dailleurs, parmi la dizaine de partis politiques prsents au Parlement, seul le Front des forces socialistes (FFS) et le Rassemblement pour la culture et la dmocratie (RCD) demandent labrogation totale du code de la famille.
Si tout reste faire sur le plan juridique pour les femmes, certaines avances ont lieu sur le terrain, mme si elles passent inaperues lextrieur du pays. Des espaces de libert sont conquis, de faon probablement irrversible. Cest ainsi que le travail des femmes, lextrieur ou domicile, est entr dans les moeurs et quil nest plus peru comme exceptionnel ou marginal. Dtail significatif : les cafs et les commerces tenus par des femmes (jeunes et moins jeunes) se multiplient - un phnomne impensable il y a encore cinq ans.

Entre hidjab et modernit

LA dtrioration grandissante de la situation conomique pousse de plus en plus de femmes sur le march de lemploi. La proportion de travailleuses est ainsi passe denviron 8 % en 1987 prs de 14 % prsent. Plutt que de se plaindre de la duret de leurs journes, la quasi-totalit dentre elles soulignent le poids grandissant acquis au sein de leurs familles, quelles soient maries ou non. On a notre mot dire maintenant, pour toutes les dcisions importantes, puisque bien souvent cest nous qui rapportons de largent nos frres, nos pres, ou nos maris. Eux tranent dans les rues discuter, nous, on sactive. On se sent beaucoup moins vulnrables. Il convient donc, plus que jamais, de ne pas se fier aux apparences. Contrairement il y a vingt ans, beaucoup de celles qui travaillent nont plus honte de porter le voile. La plupart le font parce que le hidjab cache leur misre, et parce quil leur permet de passer inaperues dans les rues, donc dtre moins importunes. Elles ne sen dclarent pas moins modernes pour autant.
Il faudrait savoir une bonne fois pour toutes ce quest la modernit , lance Lamia, qui a, pour linstant, renonc porter le voile, au grand soulagement de sa mre. Si jai fait ce choix, il ne faut surtout pas croire que jai abandonn ma recherche dauthenticit, prcise la jeune fille, sinterrogeant tout haut sur les multiples contradictions qui la tenaillent, comme toutes les adolescentes de son ge. Cest tout simplement que je ne suis pas sre que le voile soit la bonne rponse. En fait, je nai pas envie quil manque une dimension ma personnalit...
Si elle avait eu lge requis le 5 juin dernier, Lamia aurait vot aux lections lgislatives. Elle ne sait pas trs bien pour qui, mais en tout cas, souligne-t-elle, je naurais vot ni pour le MSP ni pour Ennahdha, les deux partis islamistes . Pourquoi ? Tout simplement parce quelle se mfie de tous les hommes politiques, mme sils se rclament de lislam , dit-elle. Lislam, cest une culture, ce nest pas une politique, ajoute-t-elle avec vhmence. Si tre moderne, cest avoir une place dans la socit, rien ne men empche. Je suis convaincue, contrairement ma mre, que ma personnalit reste trouver. Elle croit que je cherche la contredire tout prix, mais ce nest pas vrai. Je cherche ma voie, et je sais que je la trouverai, quelque part entre la sienne et celle de ces femmes qui appliquent la lettre ce que disent les dirigeants islamistes. Eux ne font que de la politique.

Baya Gacemi.

.

ouafa

: 18
: 38
: Ain-M'lila
: 0
: 32
: 15/04/2010

    

- 
diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
: