Le pote Said Matougui

3 4    1, 2, 3, 4  

      

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-04-18, 12:01

POURQUOI ?
Pourquoi les rves
Que lon fait en dormant
Naissent et puis sachvent
Au premier soleil levant ?
Ils sont si phmres,
Ils sont si illusoires.
Ils ont souvent un got amer
Et pourtant, moi je veux croire
Quon ngorgera plus
Des enfants,
Quon nventrera plus
Des mamans,
Que les barrages serviront
A irriguer nos champs,
Jadis arross
Du sang des innocents.
Jai rv que sur terre,
Il ny aura plus de sanguinaires.
Jai rv que demain,
Il ny aura que des frres
Qui se tendront la main
Dans un geste fraternel,
Dans une Algrie ternelle.
Pourquoi nos rves
Ne deviennent-ils pas ralit
Pour quenfin sachve
Cette terrible fatalit ?

MATOUGUI TAHAR (7 -4-1995 )

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-04-22, 19:08

TOI MA SUR, TOI MON FRERE !

Jaurais voulu garder de toi cette belle image
Dun tre sans reproche, toi ma sur, toi mon frre !
Mais le temps ma rvl-hlas et cest dommage !-
Ce que je nai jamais souponn de ton caractre.

Jaurais aim en connatre juste ce quil faut
Pour continuer jouir de ma premire impression
Et ne pas dcouvrir en toi ces quelques dfauts
Qui mont caus une bien relle dception.

Mais on ne peut cacher le soleil avec un tamis ,
La vrit finit par apparatre au grand jour.
O sont donc ces belles vertus-Ô mon ami(e) !-
Que je te connaissais depuis toujours ?

Jai tenu dire ce que javais sur le cur
Pour le soulager dune grande peine.
Je le dis poliment, sans rancune et sans rancur
Afin que ma sur et mon frre me comprennent.

MATOUGUI TAHAR.

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-04-30, 19:41

LA RENCONTRE.
Originaires de la mme contre
O elles passrent leur enfance,
Deux MLilies se sont enfin rencontres
Aprs une si longue absence.

Alors leurs curs se sont mis parler
Quand leurs bouches ont gard le silence,
Et, de leurs yeux, des larmes ont perl
Dans la pure candeur de linnocence.

Les souvenirs enfouis dans la conscience
Ont surgi soudain comme une fontaine,
Faisant palpiter dun bonheur intense
Des curs remplis dune joie soudaine.

Runies sur cette terre de France,
Elles firent un grand saut dans le pass
Pour voquer le village de leur enfance
Dont elles ne se sont jamais lasses.

MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-05-03, 12:11

DEUX BELLES COULEURS.
Ce sont deux belles couleurs,
Lune vive, lautre sombre
Comme la lumire et lombre.
Brel, grand chanteur,
En a parl dans une chanson.
Et Stendhal, clbre auteur,
En a fait le titre dun roman.
Ce sont deux belles couleurs
Qui ont fait le bonheur
De toute une gnration
Et dclench dans leurs curs
Beaucoup de passion.
Ce sont deux belles couleurs,
Lune rouge, lautre noire
Que lon adopta comme symbole
Pour LASAM et son foot ball
A laquelle de grands dirigeants
Et de talentueux joueurs
Donnrent des titres de gloire
Et une grande place dans lhistoire
Du foot- ball national.
Ctaient deux belles couleurs,
Il ny a pas trs longtemps.
Quen reste-t-il prsent ?
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-05-08, 17:23

HOMMAGE KHELIFI HANAFI (Rahimahou Allah).............................. ADIEU LAMI !
Le soleil dardait ses derniers rayons
Sur le SLIB fleuri et bien verdoyant.
Il faisait bon vivre dans cette nature
Habille de son plus bel habit de verdure !
La vie scoulait paisible et tranquille,
Loin du proche tumulte de la ville.
Le troupeau, repu dune herbe nourricire
Rentrait dans un grand nuage de poussire.
Les moutons arrivrent au chemin vicinal
Quils franchirent dj une heure matinale.
Un homme les hlait en criant et en sifflant,
Ne se doutant pas quun fou du volant,
Surgi comme un clair de la pnombre,
Allait lenvoyer dans le royaume de lombre.
Le choc fut trs violent et lui fut fatal.
Il mourut avant larrive lhpital.
Alors tout devint sombre ! Les oiseaux se turent !
Et lpais voile du deuil couvrit SLIB et sa nature !
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-05-09, 00:06

DE AIN MLILA VERS BATNA.
Nous partmes dAIN MLILA pour un long trajet
Qui dura environ sept jours pied,
Bravant en route de multiples dangers
Dun ennemi omniprsent qui nous piait.
Nous atteignmes enfin BATNA la rebelle
O nous accueillit comme une douce caresse,
Ce vent de libert venu de nos djebels,
Du Guerrioun, de Bouzegza et des Aurs.
De nos montagnes sleva comme un tonnerre
Le chant de libert des rvolutionnaires
Appelant la lutte pour lindpendance
Pour mettre fin cent trente deux ans de souffrance.
Par le doux chant du crpitement des armes,
Par le sang des martyrs bnis par nos mres en larmes,
Nous, tudiants algriens, fmes le serment solennel
De librer lAlgrie ou de mourir pour elle.
TÉMOIGNEZ ! TÉMOIGNEZ ! TEMOIGNEZ !
Le brasier qui prit en ce premier Novembre
Ebranla la France qui se retirera, dfaite ,
Dun pays qui renatra de ses cendres
En ce cinq juillet, jour de grande fte .
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-05-20, 06:39

A NOS ETUDIANTS
Hommage nos tudiants, ces braves jeunes hommes,
Qui avaient dit NON aux tudes et aux diplmes
Pour rpondre en masse lappel de la nation
Et rejoindre les rangs de la rvolution.

Hommage tous ceux qui accomplirent leur DEVOIR
En abandonnant leurs examens et leurs devoirs
Pour rejoindre les maquis de la dignit
Et prendre part au combat pour la LIBERTE.

Honneur ceux qui dirent adieu aux thormes,
A la littrature et aux divers cours.
En ce dix neuf Mai, je leur ddie ce pome
Et lHISTOIRE leur fera le plus beau des discours.

A tous, et ceux tombs au champ dhonneur,
Bien plus quun hypothtique tableau dhonneur
Que vous auriez eu lissue de vos tudes,
LALGERIE vous dcerne le prix dexcellence
Et le peuple, outre sa pleine gratitude,
Vous exprime son ternelle reconnaissance.
MATOUGUI TAHAR (Avril 2013)

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-05-22, 00:56

QUELLE BELLE SAISON !
Ce matin, le sirocco souffle trs fort,
Accompagn de poussire et de chaleur.
Le paysage brl et jauni est comme mort
Dans la pleur de son unique couleur.

Les pis de bl ondulent et sagitent
Comme les vagues dune mer dore.
Les vaches, bien labri sous leur gte,
Rvent du paysage verdoyant tant ador.

Les moissonneurs la peau trs basane
Ne se soucient nullement de ces alas
Car le fruit du labeur de toute une anne
Aujourdhui, devant leurs yeux, est bien l.

Quimporte la chaleur et la poussire !
La nature en liesse chante et danse
Pour saluer cette terre nourricire
Qui regorge prsent dabondance.

Chaque saison ses propres couleurs
Et aussi tant de multiples bienfaits.
Remercions en tout temps notre Crateur
Car lui seul, pour notre bien, sait ce quil fait.

MATOUGUI TAHAR (le 21-5-2014, en rentrant de Ain Mlila)

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-06-05, 17:54

A LA RECHERCHE DE LEDEN PERDU.
Je suis parti ta recherche avec lespoir
De lorpailleur cherchant en vain la ppite.
Pourrais-je vraiment un jour te revoir
Toi, dont le souvenir encore mhabite ?
Je tai cherche au creux de mes songes,
Par une obscure nuit sans clair de lune.
Je ny ai rencontr que les formes tranges
Dmes perdues dans un dsert sans dunes.
Jai scrut ton horizon, maintenant si lointain,
A la recherche de ta verdure et ta fracheur.
La soudaine richesse de ces visages hautains
A fait de ta beaut un spectacle de laideur.
Je tai connue belle comme une bonne fe
Avec tes rues propres, ombrages et accueillantes.
Oh ! mon Dieu, mais que tont-ils donc fait
Pour que tu deviennes aussi repoussante ?
La prophtie de Belaouadi et sa prdiction
Semblent se confirmer en cet instant.
Est-ce le commencement de cette maldiction
Que ce vieil homme avait prdit en son temps ?
Je tai cherche partout et tu nes plus l !
Je sais que tu ne vas plus nous revenir.
Fais nous au moins la promesse, chre Mlila
Que tu ne quitteras pas aussi nos souvenirs.
MATOUGUI TAHAR (ddi OULD Chamkha)

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-06-15, 00:31

LES BLESSURES DU TEMPS.
Elles sont en nous ou absentes
Toujours dans notre attente.
On les devine, on les sent,
On les pressent, on les ressent.
Car elles nous attendent patiemment.
Nous aussi on les attend
Mais on ne sait pas toujours quand
Elles arriveront inluctablement
Pour sinstaller momentanment
Ou souvent durablement
Et troubler notre quotidien.
Les blessures du temps,
Chez tous les tres humains,
Ne mettront pas longtemps
A inquiter notre quitude
Et bousculer nos habitudes.
Que lon soit faible ou que lon soit fort,
On sait bien pertinemment
Quun jour elles prendront possession
De ce qui reste de notre corps,
Du dedans ou du dehors.
Comme le vent, elles viendront alors,
Chevauchant notre jeunesse,
Galopant toute vitesse,
Sur de beaux chevaux blancs,
Nous apporter nos cheveux blancs
Et creuser sur les traits de nos ans
Des rides en forme de sillons
O viendront mourir
Les graines de la bonne semence
Qui, avant de pourrir,
Auront dj donn naissance
A de trs beaux plants
De la future moisson
Du temps.
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-06-27, 20:11

ONE, TWOO, THREE : Un seul peuple, un seul pays !
Ils sont comme nous,
De lAlgrie ils sont fous.
Certains sont joueurs
Dautres de fervents supporters.
On les appelle les BEURS
Mais ce sont nos frres
Qui sont ns ailleurs,
Qui ont vcu l-bas,
Et pourtant leur cur
Palpite toujours et bat,
Avec une folle ivresse,
Pour les trois couleurs
Dun pays, dune patrie
Dont certains ne connaissent
Que le slogan chri :
ONE, TWOO, THREE,
VIVA LALGERIE !
Quils scandent en chur
Avec une grande ferveur,
Le nationalisme fleur de peau,
Exprimant du fond du cur
Un grand amour pour ce drapeau
Quils portent toujours bien haut.
On les appelle les BEURS
Ces merveilleux Algriens dailleurs
Qui scanderont toujours
Avec un fol amour :
ONE, TWOO, THREE,
VIVA LALGERIE.
MATOUGUI TAHAR



sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-07-06, 11:33

HARRAGA
Quand la pense se nourrit de chimres
Et que les rves chouent dans le lointain,
Le sort de nos jeunes entre ciel et mer
Navigue vers des futurs incertains.

La raison npouse plus la logique
Devant lattrait dun nouvel avenir.
Ils sembarquent vers des destins tragiques
Oubliant que le pire est venir.

Croyant aller un exil dor,
Ils partent pour de folles aventures,
Laissant tous ceux qui les ont adors
Dans le chagrin dune grande blessure.
..
L-bas est meilleur quici et plus beau,
La HARGA est un remde leur dsespoir.
Mais la mer devient souvent un tombeau
O viennent se noyer tous leurs espoirs.

Ils nauraient jamais agi de la sorte
Si on avait fait quelque chose pour eux.
Mais on leur avait ferm toutes les portes
Les contraignant fuir loin de chez eux.

Nos lus auront beaucoup de remords
De navoir rien fait pour cette jeunesse.
Ils auront sur la conscience tous ces morts
Alors que le pays regorge de richesses.
MATOUGUI TAHAR ( Juin 2010 )


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-07-12, 19:52

5 JUILLET 1962.
Je suis le rve et la fureur
Qui brlrent dune flamme ardente
Dans les esprits et les curs
Des hros lme combattante.

Je suis les rvoltes populaires,
Les rsistances et les insurrections.
Je suis lexpression de la grande colre
Qui enfanta la glorieuse rvolution.

Je suis ltincelle de Novembre
Qui dchira la terrible fatalit
De cette longue nuit si sombre,
Pleine dinjustice et dingalits.

Je suis le rve couleur de sang,
N un certain jour dt,
Sous une bonne toile et le croissant
De la bannire de la dignit.

Je suis la joie et lallgresse
Dun peuple qui a enfin got,
Dans un moment de grande ivresse,
A de doux instants de LIBERTE.
MATOUGUI TAHAR


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-07-20, 20:16

LE SILENCE COUPABLE QUI TUE !
Des bombes ! Encore des bombes !
Et des corps qui tombent,
Craquels, parpills, cartels
Comme des pantins dsarticuls.
Partout des cadavres sans nombre
Gisant au milieu des dcombres,
Mls aux gravas, au bton et au fer
Dans un effroyable paysage denfer,
O rdent des odeurs de chair et de sang
De corps mutils de bbs innocents
Encore agripps leurs pauvres mamans,
Mortes dans lattitude du dernier moment
O elles allaitaient encore leurs enfants,
Tous victimes de ces soldats triomphants.
Qui larguent toujours dautres bombes
Comme pour creuser dautres tombes,
Dans des actions aveugles et viles
Contre une pauvre population civile
Qui interpelle les consciences
De ceux qui les observent en silence.
Des bombes comme sorties des tnbres
Accompagnes de leur grondement funbre
Ecrasant tout et semant encore
La dsolation, la peur et la mort
Au sein dun peuple livr son sort
Au nom de la loi du plus fort
De ces hordes racistes et sionistes
Qui chaque jour allongent la liste
De ces cadavres denfants pleins dinnocence,
Fragiles tres sans protection et sans dfense,
Fauchs par ces bombes venues du ciel
Et portant les bons baisers dIsral .

Des bombes et encore des bombes !
Et encore dautres corps qui tombent !
Combien faudrait encore creuser dautres tombes
Pour assouvir la soif des assassins
Engags dans de funestes desseins,
Sous les yeux de ceux qui, en toute indcence,
Observent encore un coupable silence
Devant le spectacle morbide de cette hcatombe.

MATOUGUI TAHAR.

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-08-05, 20:03

CONSTANTINE
Btie majestueusement sur un rocher,
De part et dautre des gorges du Rhumel,
Semblable un nid daigle quon nose approcher,
Constantine dresse son front vers le ciel.
De Cirta , Qacentina,Tiddis ,
De Massinissa, Jughurta Benbadis ,
Constantine garde de son glorieux pass
Des tmoignages prsents jamais effacs.
Venus dautres terres et dautres cieux,
Bien des conqurants audacieux,
Dont il ne reste que des vestiges,
Succombrent aux charmes et au vertige
De tes abmes, que la nature rebelle
A faonns en vritable citadelle.
Chaque pierre de ton rocher porte
Les traces de ta tumultueuse histoire
Que des civilisations de toutes sortes
Ont grave en haut de ton promontoire.
Aujourdhui tu gardes encore jalouse
Les secrets de cette musique andalouse
Qui fait la fiert et la richesse
Dune ville belle et enchanteresse.
Quand les notes de ton Malouf envotant
Se mlent tes broderies dor et de soie
Qui illuminent lclat de tes robes et caftans,
Commencent alors la fte, les danses et la joie.
Tant de potes, par ton charme enchants,
Tont glorifie et mme chante.
Dautres encore pour montrer combien ils taiment
Continuent te ddier chansons et pomes.
Ilot de roches hospitalires ou de rcifs,
Constantine regarde sombrer son Rcif
Sa pauvre Souika et ses troites ruelles,
Sa Rahba, son Bardo et son Rhumel .
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-08-10, 21:17

LE TEMPS DES REMORDS.
( Dans la vie on ne regrette que ce qu'on n'a pas fait. -J Cocteau)

Comme ces ternelles vagues sur les berges
Qui se rveillent sans cesse sans jamais mourir,
De notre mmoire des remords souvent mergent
Pour nous harceler sans rpit et nous faire souffrir.
Trouble, la conscience soudain se rtracte,
Accable par le poids de certains lourds remords,
En refoulant dans son inconscient certains actes
Quelle croyait jamais enterrs et morts.
Ils resurgissent parfois dans notre sommeil
Transformant en cauchemars certains de nos rves,
Tels les soubresauts dun volcan qui se rveille
Dont la lave charge de regrets nous achve.
Ce sont des pages de notre vie bien enfouies
Quon feint dignorer pour se faire bonne conscience
Mais quun mystrieux flux, mesure que le temps fuit,
Rappelle notre prsent comme un signe de vengeance.
Ces remords, ces regrets nous suivront comme une ombre
Sans rpit et sans jamais nous abandonner.
Saurons-nous, devant cet aspect de notre vie sombre,
Trouver loccasion de nous les faire pardonner ?
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-08-23, 07:29

LE TEMPS BENI.
Ctait le temps
Des trois rvolutions.
On avait le sentiment
Dappartenir
A un grand pays.
Ctait le temps bni
O en Algrie,
Le peuple tait bien uni.
Ctait le temps
Des rvolutionnaires,
Le temps des volontaires
Du barrage vert
Et de la transsaharienne
Dans le Dsert.
Ctait le temps
Des grandes ralisations
Et des multiples nationalisations.
On tait trs fiers
De notre Moustachu
Au regard svre
Qui faisait de lAlgrie
La Mecque des rvolutionnaires.
Mais aujourdhui,
Que de nostalgie
En voquant ces temps bnis
O on se sentait si bien
En Algrie !
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-09-06, 23:50

MERDJET BAKHA.
Parfois, quand lme est en souffrance
Et veut fuir la ralit du prsent,
Elle revient la MERDJA de notre enfance
Et le cur retrouve la raison.

MERDJET BAKHA tait un joli coin de verdure
O spanouit toute notre jeunesse.
Ctait notre bol quotidien dair pur
Que lon respirait jusqu livresse.

Ctait en quelque sorte notre cte dazur
Avec la TARFA et ses eaux fraiches
O lon sadonnait avec un grand plaisir
A la natation et mme la pche.

Aire de jeu et de loisirs pour tous les ges,
Elle se remplissait chaque soir de monde :
Des jeunes de tous les quartiers du village
Et surtout des adeptes de la balle ronde.

Oh ! MERDJA de notre enfance heureuse
Que la toute la population chrissait tant,
Nous te voyons aujourdhui bien malheureuse
Engloutie dans la laideur grise du bton.

Oh ! verte MERDJA aujourdhui disparue,
Tu manques cruellement cette jeunesse
Qui dambule chaque jour travers les rues
Affichant au monde toute sa dtresse.

Nos jeunes ne connatront rien de cette oasis si verte
Qui restera jalousement dans nos souvenirs
Comme la cicatrice dune blessure encore ouverte
Et dont limage refuse jamais de mourir.

MATOUGUI TAHAR (le 23 Aot 2014)


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-09-25, 19:42

CEST LA RENTREE : EVOCATIONS.
La sance vient de dbuter !
Le matre crit la date
Et le sujet de rdaction :
Cest lautomne. Racontez !
Alors llve en toute hte
Prend son cahier de brouillon
Et libre son imagination :
Une longue suite dactions
Entrecoupes de descriptions
Qui dpeignent lautomne
Comme une saison monotone
O les feuilles jaunies senvolent
Avant de retomber sur le sol.
Et mme si le ciel est bleu
Et le soleil toujours radieux,
Il le dcrit comme tant nuageux
Et voit en cette froide journe
Slever la fume des chemines,
Ajoutant que le vent souffle et tonne
Comme un mauvais cyclone.
Et, toujours de sa place,
Assis au fond de la classe,
Dans cette cole indigne du village,
Il parle du paysage,
Peignant ses lointaines montagnes
Et la tristesse de la campagne.
Noubliant pas aussi le paysan
Qui, comme tous les ans,
Tout en sueur dans son travail,
Achve le labour des champs
Et entame les semailles
Avec lespoir qu la chaude saison
Il fera une belle moisson.
Soudain, sans dire au revoir,
Tout sefface de la mmoire
Llve abandonne sa rdaction
Sans terminer son devoir
Et sans crire la conclusion.

MATOUGUI TAHAR.( Septembre 2014)


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-10-22, 08:53

LE REVE ET LA REALITE.
Dans le silence de la nuit
O sagitent mille ombres,
Jpie le moindre bruit
De ces immensits sombres
O la lune luit.

Dans les tnbres du sommeil
O sengouffrent mes penses,
Des rves aux ailes vermeilles
Prennent un envol insens
Fuyant le rveil.

Alors je me laisse emporter,
Attir par ltoile du berger,
Dans le sillage de la voie lacte,
Priant que rien ne puisse dranger
Ce dont je me dlectais.


Mais une invitable fatalit,
Marrachant mon sommeil,
Me ramne la ralit
Quand les premires lueurs du soleil
Dchirent lobscurit.

MATOUGUI TAHAR.


sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-10-24, 16:42

AUTOMNE.

Une pauvre feuille jaunie,
Encore lagonie,
Fait ses adieux la tige
Et, dans un lan de vertige,
Prend son ultime envol,
Tournoie un moment et voltige
Puis retombe sur le sol
O lattendra la mort,
Sans spulture et sans cercueil.
Apitoy par son triste sort,
Le ciel prend son manteau de deuil
Et pleure ses larmes de pluie
Sur cette pauvre feuille
Qui lentement va pourrir
Avant de mourir
Et de nourrir
Le cycle de la vie.
MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-10-30, 08:42

BATNA, 1er NOVEMBRE 1954.

(A loccasion du 60me anniversaire de la rvolution)

En cette nuit toile, pas lombre dun nuage!
Et pourtant le ciel paraissait bien trop sombre.
Serait-ce l un signe ou un mystrieux prsage
De ce quannoncera ce premier novembre?

BATNA la rebelle, devenue un immense camp,
Sommeillait au pied des monts AURES.
Qui oserait prdire quun terrible volcan
Allait rugir de cette intouchable forteresse?

Aujourdhui cest la Toussaint, jour de fte.
Personne nimaginait, dans cette trompeuse quitude,
Que bientt une imprvisible tempte
Ebranlera irrversiblement bien des certitudes.

En effet, quelque part, dans cette imprenable citadelle,
Des Hommes, arms de leurs seules convictions,
Provoqurent symboliquement la premire tincelle
Qui devait dclencher la glorieuse rvolution.

Cette tincelle mit rapidement le feu aux poudres,
Propageant la rvolution dans toutes les rgions.
On et dit quune tempte charge de foudre
Sabattit sur la tte de loccupant et de ses lgions.

Les Moudjahidine connurent des heures graves
Mais, leur pre rsistance ne faiblira pas.
Beaucoup tombrent en hros et en braves
Pour mettre fin au rve de lAlgrie de Papa .

Ni les exactions, ni les tortures, ni les svices,
Ni le support de la formidable armada de lOTAN
Ne purent venir bout de lesprit de sacrifice
Dune rsistance qui dura plus de sept ans.

Accul, loccupant se rendit enfin lvidence
Et le Gnral admit une dchirante rvision.
Par les armes, lAlgrie obtint son indpendance
Et le colonialisme abandonna ses dernires illusions.

Un matin de juillet au ciel pur et radieux,
Le rve de libert devint enfin une ralit !
Cen est fini de ce colonialisme odieux
Quon voulut nous imposer comme une fatalit !

Lorsque le peuple dcide un jour
De prendre son destin en mains
Par la lutte, son sort finira toujours
Par connatre de meilleurs lendemains.

MATOUGUI TAHAR (le 25-10-2014)

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-11-26, 18:26

HISTOIRE DE NOTRE SOURCE BLEUE .

Autrefois, au milieu dune verte clairire,
Dans un endroit marcageux et bois,
Coulait une source aux eaux trs claires
O les gens venaient sabreuver et se reposer.

Ctait la source bleue , ce grand mystre,
Dont nous parlaient toujours nos ans.
Son secret est bien enfoui sous cette terre
O reposent nos anctres depuis des annes.

Les caravanes qui remontaient du grand Sud,
Charges de provisions et de lourds fardeaux,
Par attachement plus que par habitude,
Aimaient bien camper autour de ce point deau.

Voulant profiter de ces incessantes venues et alles
Et sentant les bonnes affaires quils feront,
Certains petits mtiers se sont vite installs :
Gargotiers, barbiers, bouchers ou forgerons.

Alors, tentes, huttes et mme habitations en dur
Commencrent pousser prs des marcages.
Personne nimagina que dans un proche futur,
Il en natra de tout cela un gros village.

Dautres gens tentrent alors leur chance
En sinstallant avec leurs familles ici et l.
Ils ignoraient quils allaient donner naissance
A un village qui sappellera plus tard Ain Mlila.

MATOUGUI TAHAR

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-12-04, 23:27

A MES FILLES
Aujourdhui, Ô ma fille !
Comme une colombe blanche,
Tu vas quitter ta famille
Pour aller sur cette branche
Te btir un nouveau nid.
Cest le destin qui spare !
Cest le destin qui unit !
Cest le moment de ton dpart :
Va ma fille ! Que Dieu te protge
Mais essuie tes yeux de larmes noys !
Va ! Rejoins, heureuse, ce bruyant cortge
Qui temmnera vers ton nouveau foyer !
Et sache, au moment o tu pars,
Que notre existence sera toujours parseme
De joyeuses arrives ou de tristes dparts
Dtres chers quon a tant aims.
MATOUGUI TAHAR (le 29-11-2014)

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

: Le pote Said Matougui

   sad49 2014-12-13, 20:10

CONJUGAISON : pass, prsent futur.
En vain, la nuit chasse le jour,
Lclipsant de sa brusque obscurit.
Triomphant, il revient toujours
Linonder de sa vive clart.
En vain, le jour chasse la nuit
Que rgulirement il remplace,
Oubliant peut-tre que la nuit qui fuit
Reprendra naturellement sa place.
Dans cet ternel aller et retour,
Annonant commencement ou rupture,
La nuit ou le jour, tour tour,
Deviennent prsent, pass ou futur.
Cest le cycle de la vie qui nous dpasse,
Que lon subit ou que lon attend.
Tout Être sait que quoi quil fasse,
Il na aucune emprise sur le temps.
Hier, il attendait toujours press
Que Demain devienne son Prsent .
Et quand Demain appartiendra au pass,
Il nen comprendra pas la raison.
MATOUGUI TAHAR (le 12-12-2014)

sad49
Pro
Pro

: 508
: 66
: 6
: 1281
: 09/05/2009

    

3 4    1, 2, 3, 4  

      


 
: